Au XIVe siècle, le papier était fabriqué à la main. Chaque moulin avait son propre format. Vers la fin du XIVe siècle la ville de Troyes, oblige les fabricants de papier, à produire des formats définis. Puis le roi Charles VI ordonna en 1409, que chaque forme soit contrôlée par le prévôt de Troyes.

   Afin d'éviter la fraude, chaque feuille devait portée le filigrane (marque) du papetier. Alors, ils ont utilisé des marques simples inspirées de leur quotidien : couronne, pot, grappe de raisin, nom de Jésus, etc. Certains noms sont toujours utilisés. Plus tard, d'autres noms ont été ajoutés, comme ceux pour désigner un métier ou pays (États Unis, Angleterre, etc.).

 

filigrane

 Filigrane vers 1865 : le nom du papetier

   Le papier est bien sur le support, le plus commun et le plus accessible. Cependant, il faut l'adapter selon les différentes techniques. En effet le grammage, la finition du papier et le format, sont des éléments à prendre en compte.

Le grammage

   C'est le poids du papier en grammes par mètre carré (g/m²). Plus le grammage est fort, plus le papier est résistant à l'humitité. Donc, il important de choisir le grammage du papier en fonction de la technique : sèche ou humide.

Voici quelques points de repères.

Le 125 g/m² convient pour l'étude, l'esquisse et le croquis.

Le 180 g/m² est ni trop épais ni trop fin, il est idéal pour le dessin d'art.

Le 270 g/m² est déjà résistant et convient à toutes les techniques sèches. Il peut être utilisé dans certaines techniques humides, telles que l'encre ou la gouache.

Le 300 g/m² pour les techniques humides telles que l'acrylique ou l'aquarelle. Pour les grands formats, privilégier le papier à 425 g/m² ou plus. Mais attention, leurs prix sont très élevés. Donc Je déconseille au débutant, de démarrer sur ce type de format.

Le format

   Pour le papier dessin, il existe des formats français normalisés par l'AFNOR. Ce sont des formats spécifique, dont les noms proviennent des anciens filigranes (Jésus, Raisin, Couronne, etc.). Ensuite on trouve aussi dans le commerce, des formats standards internationaux. Ils sont normalisés par ISO et adoptés en France depuis 1970. Ils sont présents dans tous les domaines graphiques. Ils partent du format A0 qui équivaut à 1m². Puis chaque format inférieur est obtenu en divisant par deux la longueur du format précédent.

Voici les formats utilisés pour le dessin :

 

grand tableau

 

 

 

petit tableau

 

La finition

   C'est la texture d'une feuille de papier. En termes clairs, il s'agit du type de grain du papier qui peut être satiné, fin ou torchon. Un grain satiné est plus lisse et un grain torchon est plus grossier. Le grain torchon ou fin sont surtout employés pour l'aquarelle, l'acrylique, le lavis et la gouache.

 

grain papier

 A-grain satiné, B-grain fin, C-grain torchon

   Pour le pastel sec, il existe des papiers appropriés disponibles en plusieurs couleurs. L'avantage du papier teinté, c'est que l'ont part sur une valeur de base, sur laquelle on ajoute les lumières et ombres.

   Il existe également le papier à grain toilé qui est déjà apprêté. Il convient à la peinture à l'huile et à l'acrylique.